Nouveautés recherche scientifique

OBÉSITÉ: Pourquoi elle menace aussi la santé des reins

Journal of American Society of Nephrology

 

En supprimant un processus cellulaire essentiel à la santé du rein, l’obésité augmente le risque d’insuffisance rénale chronique, avertit cette étude japonaise publiée dans le Journal de l'American Society of Nephrology (JASN). Les résultats suggèrent que favoriser la reprise de ce processus pourrait, a contrario, protéger la santé rénale des personnes obèses.

 

Les Drs Kosuke Yamahara et Takashi Uzu, de l’Université de Shiga (Japon) ont fait l’hypothèse que l’obésité pouvait réduire le processus d’autophagie, un processus qui élimine les protéines endommagées et d'autres composants cellulaires défectueux. Une autophagie réduite est fréquemment observée chez les personnes obèses.

 

Lire l'ensemble de l'article

EXERCICE PHYSIQUE: N’est-ce pas le premier des médicaments?

BMJ Open

 

L’exercice physique devrait être pratiqué plus systématiquement, en première intention, en particulier en cas d’affection cardio-vasculaire, conclut cette étude d’instituts de recherche britanniques et américains d’excellence. Comparer l’exercice au médicament, même si les deux traitements ne sont pas exclusifs l’un de l’autre, mériterait d’être fait plus souvent. Car, au-delà du plaisir et de la qualité de vie qu’il procure, l'exercice physique est une véritable thérapie, à prescrire par les médecins, tout autant que les médicaments. C’est à lire dans le BMJ.

 

Lire l'ensemble de l'article

Les recommandations de l'ADA pour concilier diabète et Ramadan

Medscape France

 

East Lansing, Etats-Unis - Le Ramadan a débuté cette semaine. Un véritable défi pour les patients diabétiques qui choisissent de jeûner pendant le mois saint et qui doivent apprendre comment ajuster leurs traitements et être préparés à cesser le jeûne si nécessaire.

 

Pendant le Ramadan, les musulmans s'abstiennent de manger, de boire, de fumer et de prendre des traitements oraux du lever au coucher du soleil. Le problème est que le jeûne n'est pas recommandé chez les diabétiques car il augmente le risque d'hypoglycémie, par manque de nourriture et d'hyperglycémie du fait de la pause thérapeutique pendant la journée. L'hyperglycémie peut également survenir si les patients mangent trop après le coucher du soleil...

 

Lire l'ensemble de l'article

CRISE CARDIAQUE: Un exercice physique contrôlé pour remodeler le muscle cardiaque

European Heart Journal

 

120 minutes d'exercice par semaine pourraient régénérer de nouveaux tissus cardiaques et contribuer ainsi à réparer les lésions causées par une crise cardiaque. C’est en tous cas démontré chez le rat, par cette recherche, publiée dans l’édition du 25 octobre de l’European Heart Journal, qui confirme, sur l’animal, la production de nouvelles cellules cardiaques, musculaires et capillaires, à partir de cellules souches dormantes dans le tissu cardiaque.

 

Si l’on sait déjà que le muscle cardiaque peut se développer en réponse à l'exercice régulier, on ne savait si ce processus est lié au développement de cellules existantes du muscle ou à la production de nouvelles cellules. Cette étude menée par les universités John Moores (Liverpool) et Magna Grecia (Italie) constate sur le rat que cette augmentation est en partie, liée à la production de nouvelles cellules du muscle cardiaque ou myocytes, à partir de cellules souches dormantes dans le tissu cardiaque, et sous l’influence de certa...

 

Lire l'ensemble de l'article

DIABÈTE: 150 minutes d'haltères pour 34% de risque en moins

Archives of Internal Medicine

 

Cette vaste étude américaine, menée par la Harvard School of Public Health et soutenue par le National Institutes of Health (NIH), conclut que les hommes qui pratiquent l’haltérophilie à raison de 5 séances par semaine, abaissent leur risque de développer un diabète de type 2. Des résultats publiées dans les Archives of Internal Medicine, qui encouragent tout simplement à l’exercice physique et confirment que la pratique des haltères, lorsqu’on ne peut pas courir, nager …est elle-aussi efficace pour contrer les maladies métaboliques.

 

L'exercice régulier, en plus d'autres habitudes de vie saines, est la meilleure façon de réduire le risque de nombreuses maladies chroniques, dont diabète de type 2. D’autres études ont démontré que la pratique régulière d'activité physique modérée ou soutenue pendant au moins 30 minutes par jour réduit le risque de diabète de type 2 ou que le développement de l’endurance peut améliorer le contrôle glycémique chez les diabétiques. Cette recherche ...

 

Lire l'ensemble de l'article

CARDIO: Du piment dans les aliments, c’est stimulant pour le cœur

American Chemical Society's 243rd National Meeting

 

La nourriture pimentée inspire souvent la méfiance, mais certains de ces ingrédients inspirent la recherche médicale. Ces scientifiques chinois viennent de présenter les bénéfices du piment et de sa capsaïcine, pour le cœur et contre les maladies cardiaques, première cause de décès dans les pays développés. Cette étude présentée lors de la 243e réunion nationale de l'American Chemical Society (ACS) met en avant les 2 actions des piments, une action biologique de réduction du cholestérol dans le corps et une action « génétique » de décontraction des muscles autour des vaisseaux.

 

L'étude a porté sur la capsaïcine et sa famille de substances piquantes les capsaïcinoïdes présentes dans le poivre de Cayenne et autres piments. La capsaïcine est déjà reconnue, sur le plan médical, pour son action dans les pommades de traitement de l'arthrite et ou dans certains antidouleurs. Des études ont également suggéré qu’une alimentation pimentée peut contribuer à abaisser la tension artérielle chez...

 

Lire l'ensemble de l'article

DIABÈTE de type 2, risque accru de 70% de 1er événement cardiovasculaire

American College of Cardiology

 

Un risque augmenté d’AVC, d’infarctus particulièrement chez les hommes diabétiques mais chez les femmes aussi, selon cette étude menée par des chercheurs du Brigham and Women's Hospital (BWH). Les hommes diabétiques de type 2 traités par insuline et sans antécédents de maladie cardiovasculaire (MCV) présentent ainsi ce risque accru de 70% d’événements cardiovasculaires majeurs par rapport aux hommes non diabétiques qui ont déjà des antécédents de maladie cardiovasculaire. Ces résultats, qui viennent d’être présentés à la réunion annuelle de l'American College of Cardiology de Chicago, impliquent une surveillance rapprochée des facteurs de risque cardiaques chez les patients diabétiques.

 

Les chercheurs se sont basés sur les données de 64.000 patients du registre REACH pour évaluer l'ampleur du risque de diabète de type 2 sur les événements cardiovasculaires chez les hommes et les femmes. Le risque a été estimé chez les hommes et les femmes séparément et indépendamment de l'âge du p...

 

Lire l'ensemble de l'article

AVC en France: Augmentation spectaculaire chez les jeunes adultes

InVS - BEH

 

Augmentation des taux d’hospitalisation pour accident vasculaire cérébral (AVC) dans la population des moins 65 ans, allant de 20 à 30% -selon le sexe- sur la tranche d’âge 35-44 ans et sur une période de 6 ans, mais réduction des taux pour les plus âgés, ce sont les 2 principales tendances dégagées par cette étude présentée dans le dernier bulletin hebdo de l’Institut de veille sanitaire. Des conclusions qui appellent une prévention ciblée sur les adultes jeunes.

 

L’étude a porté sur les données des bases nationales d’hospitalisation, a regardé les évolutions des taux de personnes hospitalisées pour diagnostic principal d’AVC entre 2002 et 2008.

 

Typologie des AVC en France (2008)

  • plus de 125.000 personnes en France ont été hospitalisées pour AVC ou AIT
  •  97.151 pour AVC et 28.527 exclusivement pour accident ischémique transitoire (AIT). 
  • La répartition hommes-femmes est équilibrée (respectivement 49,8% et 50,2%).

Lire l'ensemble de l'article

OBÉSITÉ: Non, elle n’est pas inscrite dans nos gènes!

PLoS ONE

 

L'activité physique réduit jusqu’à 30% l'effet du gène de l'obésité, selon cette grande étude internationale menée sur plus de 230.000 participants et publiée dans l’édition du 1er novembre de la revue PLoS One. La prédisposition génétique à l'obésité due à la masse grasse et à l'obésité associée au gène FTO peut en effet être considérablement réduite par un mode de vie physiquement actif. Un message de Santé publique essentiel.

 

Le constat de cette grande étude est porteur d’un message de santé publique à destination des professionnels de santé et du grand public car il conteste l'idée largement répandue que l'obésité serait inscrite dans les gènes de certains et que des changements de style de vie seraient, face à elle, impuissants. Cette étude montre que même les personnes génétiquement prédisposées peuvent réduire leur risque d’obésité.

 

Il s’agit d’une méta-analyse exhaustive accueillant tous les chercheurs qui ont pu travailler sur le gène FTO dans le passé à participer l’étu...

 

Lire l'ensemble de l'article

Les aliments gras déclencheurs de DIABÈTE de type 2 ?

Nature Medicine

 

Cette étude montre et explique pourquoi les régimes alimentaires riches en graisses affectent la capacité des cellules productrices d'insuline à détecter puis à répondre à la présence de glucose. Menée sur des souris puis sur des tissus pancréatiques de personnes atteintes de diabète de type 2, cette recherche, publiée dans l’édition du 14 août de la revue Nature Medicine, décrit une première voie biologique expliquant pourquoi obésité et alimentation riche en graisses peuvent conduire au diabète de type 2 et pourrait même conduire à un nouveau traitement du diabète de type 2.

 

Cette étude, menée par des chercheurs de l'Université de Californie et du Riken Advanced Science Institute au Japon améliore la compréhension des scientifiques sur les effets des graisses sur les cellules du pancréas, ce qui peut contribuer à développer de nouveaux traitements du diabète.

 

L'obésité est le principal facteur de risque modifiable connu du diabète de type 2, caractérisé par une déficience de fo...

 

Lire l'ensemble de l'article

OBÉSITÉ: Le rôle ambigu des radicaux libres

Nature Medicine

 

Toujours face à une obésité en croissance à un rythme alarmant dans le monde entier, ces chercheurs de la Yale suggèrent que les radicaux libres, ces mêmes molécules qui contribuent au vieillissement et endommagent nos tissus, sont au cœur du mécanisme de la satiété. Cette étude sur les circuits du cerveau qui contrôlent la faim et la satiété, publiée dans l’édition en ligne du 28 août de la revue Nature Medicine, montre qu’une issue thérapeutique pour lutter contre l’obésité devra inciter la satiété, sans pour autant augmenter les radicaux libres, cause de vieillissement.

 

L'étude montre que l'élévation des niveaux de radicaux libres dans l'hypothalamus, directement ou indirectement, supprime l'appétit chez des souris obèses en activant les neurones qui contrôlent la satiété. Les auteurs expliquent la contradiction: “D’un côté, ces molécules de signalisation sont essentielles pour arrêter de manger, de l’autre côté, elles produisent des dommages et favorisent le vieillissement."

 

E...

 

Lire l'ensemble de l'article

Un médicament universel contre l'obésité, le diabète et les maladies cardiaques?

Nature- Scientific Reports

 

Ce sont des tests en laboratoire sur un composé synthétique, appelé SRT1720, qui montrent son efficacité pour améliorer la survie, la fonction motrice, la sensibilité à l'insuline…chez des souris nourries avec un régime riche en graisses. Comparé au resvératrol, un composé du vin, pour ses effets similaires, ce composé n’en est qu’au stade expérimental. Cette étude, publiée dans les scientific Reports (Nature) du 18 août, ouvre une voie vers de nouveaux traitement des maladies métaboliques ou liées au vieillissement.

 

Les résultats de cet essai mené par des chercheurs de l'Institut national américain sur le vieillissement, les NIH, et Sirtris, une société du groupe GlaxoSmithKline montrent que ce produit chimique, SRT1720, pourrait présenter un intérêt pour toutes les maladies cardiovasculaires et les cancers, en activant une enzyme déjà identifiée pour augmenter la durée de vie dans des organismes plus simples, comme les vers et la levure et retarder l'apparition de maladies liées ...

 

Lire l'ensemble de l'article

OBÉSITÉ: Pourquoi l’appétit vient en stressant

Neuron

 

Ces scientifiques canadiens soulignent à nouveau le lien entre le stress et l'appétit et nous font découvrir le mécanisme par lequel le stress augmente l’appétit. Chez le rat. Des résultats, publiés dans l’édition en ligne de la revue Neuron, qui contribuent à confirmer le stress comme l'un des facteurs de l'obésité.

 

Ces chercheurs, les Prs Jaideep Bainset Quentin Pittman du Hotchkiss Brain Institute (HBI) de l'Université de Calgary (Canada) ont découvert un mécanisme par lequel le stress augmente collecte d'aliments chez le rat.

 

Normalement, le cerveau produit des neurotransmetteurs ou composés chimiques qui permettent aux neurones de communiquer dans le cerveau. Ces endocannabinoïdes envoient des signaux pour contrôler l'appétit. Dans cette étude, les chercheurs constatent que lorsqu’il y a absence de nourriture, une réponse au stress se produit qui provoque temporairement une fonction de re-câblage dans les circuits neuronaux. Ce re-câblage peut nuire à la capacité des endocan...

 

Lire l'ensemble de l'article

 

DIABÈTE: 50g de viande rouge transformée augmente le risque de 50%

American Journal of Clinical Nutrition.

 

La consommation de viande rouge est associée à un risque accru de diabète de type 2, en particulier lorsque cette viande est transformée, conclut cette gigantesque étude menée par la Harvard School of Public Health (HSPH). L'étude montre également que le remplacement de la viande rouge par d’autres sources de protéines, comme les produits laitiers allégés, les noix, ou des graines entières, peut réduire considérablement ce risque de diabète. Un argument supplémentaire à une consommation limitée de viande rouge, à découvrir dans l’édition en ligne du 10 août de l'American Journal of Clinical Nutrition.

 

An Pan, l’auteur principal, professeur de nutrition et d'épidémiologie à HSPH, et ses collègues ont analysé les réponses sur questionnaire de 37.083 hommes suivis pendant 20 ans dans une étude cohorte, la Health Professionals Follow-Up Study ainsi que 79.570 femmes suivies pendant 28 ans dans l'étude Nurses’Health study I et 87.504 autres femmes suivies pendant 14 ans dans la Nurses '...

 

Lire l'ensemble de l'article

Le gène de la maigreur, IRS1, responsable de risque cardiaque et de DIABÈTE

Nature Genetics

 

La découverte d’un gène “surprenant” lié à la fois à un moindre volume de graisse corporelle mais aussi à un risque accru de diabète de type 2 et de maladies cardiaques montre qu’un indice de masse corporelle faible peut ne pas être un facteur de prévention du risque de maladies cardiaques ou de diabète. Des conclusions rapportées dans l’édition en ligne du 26 juin de la revue Nature Genetics.

 

Les chercheurs de ce consortium international, dont deux scientifiques de l’Institute for Aging Research of Hebrew SeniorLife et un chercheur de la Harvard Medical School ont travaillé sur les données de la faneuse étude Framingham Heart Study et ont identifié un gène lié à un moindre volume de graisse corporelle mais aussi avec un risque accru de diabète de type 2 et de maladies cardiaques.

 

«Nous fait une découverte génétique fascinante, lorsque nous avons découvert l'effet de ce gène», raconte le Dr Kiel, auteur principal et professeur de médecine à la Harvard Medical School. «Les gens, p...

 

Lire l'ensemble de l'article

Les patients et les associations de patients peuvent désormais déclarer directement les effets indésirables des médicaments

AFSSAPS

 

La déclaration d’un effet indésirable lié à un médicament, effectuée directement par le patient et les associations de patients, vient d’être officialisée par la publication de deux textes réglementaires. Elle peut être réalisée sans passer par un professionnel de santé. L’objectif est d’élargir la base de recueil et de détecter des signaux complémentaires de ceux rapportés par les professionnels de santé, avec la volonté de faire participer tous les acteurs du dispositif et de lui donner une transparence accrue. L’ouverture du système national de pharmacovigilance aux patients fait suite à plusieurs expérimentations menées par l’Afssaps depuis une dizaine d’années, en collaboration avec les associations. Ces phases pilotes ont montré l’intérêt et l’implication des patients dans ce domaine.Les deux textes qui sont parus au journal officiel du 12 juin 2011[1] sont des textes d’application de la loi Hôpital Patients Santé Territoires (HPST) du 21 juillet 2009 qui avait posé le principe de la déclaration par les patients...

 

Lire l'ensemble de l'article

350 millions de diabétiques: Une étude révèle la véritable ampleur de l'épidémie

The Lancet

 

Cette importante étude internationale qui a rassemblé et analysé les données disponibles sur le diabète dans le monde depuis 1980, constate que le nombre d'adultes atteints par la maladie a atteint en 2008 le chiffre de 347 millions, soit plus du double de 1980. Cette recherche, publiée le 25 juin dans le Lancet, révèle que la prévalence du diabète a augmenté ou au mieux reste stable dans pratiquement toutes les régions du monde depuis ces 3 dernières décennies.

 

Le diabète survient lorsque les cellules du corps ne sont pas en mesure d’absorber le sucre sous forme de glucose. En conséquence, la glycémie est plus élevée que la normale, entraînant un risque de maladie cardiaque, d'AVC et de lésions rénales. Le diabète et une glycémie élevée sont responsables de plus de 3 millions de décès dans le monde chaque année.

 

Cette nouvelle étude constate qu’entre 1980 et 2008, le nombre d'adultes atteints de diabète est passé de 153 à 347 millions. 70% de la hausse est attribuable à la cro...

 

Lire l'ensemble de l'article

ACTOS ® (pioglitazone): 1 mois pour consulter avant suspension d’AMM
AFSSAPS

 

230.000 patients sont encore traités par la pioglitazone en France et sont donc concernés par cette décision de l’Afssaps, qui a annoncé au 9 juin, sa décision de suspension en France des médicaments contenant de la pioglitazone (Actos® et Competact®), sur avis de la Commission d’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) et de la Commission Nationale de Pharmacovigilance. Cette décision suite à la publication des résultats de l’étude réalisée par la CNAMTS qui confirment une faible augmentation du risque de cancer de la vessie chez les patients traités par pioglitazone. Les patients doivent donc consulter leur médecin avant la suspension d'AMM qui prend effet le 11 juillet.

 

Néanmoins, les patients traités actuellement par Actos® ou Competact® ne doivent pas arrêter leur traitement et doivent consulter leur médecin afin d’adapter leur traitement antidiabétique. Les médecins ne doivent plus prescrire de médicaments contenant de la pioglitazone.

 

La commission d’AMM de l’Afssaps a...

 

Lire l'ensemble de l'article

CRISE CARDIAQUE: Eviter 20% des décès grâce à un nouveau médicament

British Cardiovascular Society annual scientific Conference

 

Cette analyse de l’Université de Sheffield conclut qu’un médicament récent, le Ticagrélor, disponible au Royaume Uni depuis fin 2010, serait bien plus efficace que le bien connu Clopidogrel, dans la prévention des décès à la suite d’une crise cardiaque et dans la réduction des récidives. Si son coût est bien plus élevé que celui du Clopidogrel, aujourd’hui généricable, son niveau d’efficacité qui limite la nécessité d’intervention chirurgicale, pourrait lui permettre, à terme d’être adopté plus largement et dès la prise en charge du patient dans l’ambulance. Des conclusions présentées à la Conférence scientifique annuelle de la British Cardiovascular Society, le 13 juin, à Manchester.

 

Robert Storey, professeur de cardiologie à l'Université de Sheffield confirme avec ces derniers résultats qu’un décès sur cinq dans l'année suivant une crise cardiaque pourrait être évité si ce nouveau médicament, le Ticagrélor était utilisé à la place du traitement standard, le clopidogrel.

 

Le Pr. S...

 

Lire l'ensemble de l'article

DIABÈTE: Un test simple pour prédire le risque de décès précoce
Diabetes Care

Ces nouveaux résultats du Wake Forest Baptist Medical Center révèlent qu’un test relativement bon marché et non-invasif serait capable de prédire le décès prématuré chez les personnes atteintes de diabète. Le taux de calcium sérique serait un excellent indicateur de risque de décès cardiaque prématuré chez la personne diabétique, un taux très élevé multipliant par 6 ce risque de décès précoce . Ces résultats, à forte implications sur le plan clinique, ont été publiés dans l’édition de mai de la revue Diabetes Care.

 

«Les personnes atteintes de diabète sont à risque élevé de développer une maladie cardiaque et de connaître un décès précoce", explique le Pr. Donald W. Bowden, directeur du Centre de recherche sur le diabète de Wake Forest Baptist et l’auteur principal de l’étude: «Nous avons découvert que nous sommes capables d’identifier le sous-ensemble de patients qui sont à risque encore plus élevé par un test existant et largement disponible, le “gated” scanner.

 

Plus de 8,3% de ...

 

Lire l'ensemble de l'article